Accueil

Librairie

Préambule

Présentation

Notions de géobiologie
Le taux vibratoire
Le Sous-sol
L'eau souterraine
L
e Radon

Le champ magnétique terrestre

Les champs électromagnétiques

Les productions d'électricité

Le Thermosolaire
individuel

La géobiologie au quotidien

Bien placer sa maison

Quelles formes
pour la maison

Le lit à la bonne
place

Les harmonisateurs

La géobiologie
dans l'art sacré

Diverses études

Lexique

F.A.Q.

Boutique

L'analyse

Bibliographie

Contact

Liens, Partenaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Radon

C’est un gaz radioactif qui provient de la désintégration de l’uranium naturel.

Pour essayer de faire simple:
L’uranium se trouve, à l’état naturel, dans les couches géologiques granitiques.
Lorsque ces couches sont homogènes et recouvertes, l’uranium est isolé.
Plus le granit est concassé, plus il est susceptible de libérer de l’uranium.

Illustration de la désintégration de l’uranium pour devenir du RADIUM, puis du RADON.

Le radon est la phase gazeuse de la désintégration de l’Uranium naturel.
La durée de vie du radon est de 4 jours.
Au-delà, il redevient solide en devenant polonium,bismuth,  etc. pour finir en plomb 206, qui est stable, inerte.
En quoi le radon peut-il être dangereux:
Parce qu’il est gazeux, le radon peut se respirer.  Il se loge dans les alvéoles des bronches et des poumons.
Cette radioactivité provoque des mutations des cellules touchées qui peuvent devenir cancéreuses.


Quels risques?

NB: En dehors des zones classifiées comme zone à Radon, il peut y avoir des accidents géologiques ponctuels (failles, galeries de mines, ou autres) qui peuvent pratiquer un passage pour un échappement de Radon.
Il n'y a donc aucune garantie d'être à l'abri du Radon parce que hors de zones "officielles". Seule la probabilité est
plus faible.

En Suisse :
Le cancer des bronches ou des poumons est le cancer typique des fumeurs et il y a, en Suisse, chaque année 3’000 cas. Selon l’Office fédéral de la santé publique, 10% de ces cancers sont imputables au radon. Il est donc responsable de 300 cas par an, autrement dit : d’un nouveau cancer par jour, dimanche et jours fériés non compris.

Les risques ne sont pas uniformément répartis sur le territoire suisse. 3 zones sont spécialement concernées:
Les Grisons
Le Tessin
Le canton de Neuchâtel, qui est la plus peuplée des trois régions.

Toujours selon l’Office fédéral de la santé publique, en moyenne suisse, 5 maisons sur mille ont une concentration de radon inadmissible et 15 sur mille de plus dépassent le seuil de tolérance. Neuchâtel ne donne pas de statistiques, mais ces chiffres sont forcément plus importants.

En France :

Pour la France, Les zones particulièrement touchées sont :

La Bretagne, le Jura, Le Massif Central, les Alpes, les Pyrénées et la Corse.

La proportion de cancers du poumon dus au radon est aussi de 10-12%, soit 3'000 cas par an.


Se protéger du Radon:
La solution n'est pas la même selon la quantité de radon qui pénètre dans la maison.

Dans le cas bénins, une simple aération des caves est suffisante, aération qui permet aussi un renouvellement de l'air
et une baisse du taux d'humidité responsable de moisissures et de pollutions au sens géobiologique.

Il y a la possibilité de le capter en sous-sol et l’expulser à l’air libre, à quelque distance de la maison. Une surface étanche, même très fine, retient sa radioactivité. La durée de vie du Radon est courte, environ 4 jours.
L'Uranium dont est issu le Radon est naturel, c'est à dire qu'il n'a pas été enrichi ni irradié. en conséquence, il ne produit pas de rayon Gamma.

Les rayons Gamma proviennent des bombes A et H ou des centrales nucléaires. Ils transpercent des blindages très épais. Le bouclier le plus efficace, c'est le plomb, à cause de sa densité élevée.
C'est un type de radioactivité totalement artificiel sur Terre.
Avant 1945, ce qui vit sur terre n’avait jamais été en contact avec des rayonnements Gamma, exceptés les rayons solaires qui subissent de nombreuses filtrations.

Donc, fort heureusement, les radiations du radon sont de type Alpha et Béta, c'est-à-dire qu'elles se laissent barrer la route facilement: une surface étanche, même plastique, un béton vibré, les joints silicone...

Les radiations Alpha et Béta ne sont pourtant pas anodines, loin de là.

Dans les calculs sanitaires d'irradiation, il n'est donc pas normal de les confondre dans la même statistique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright France.com  dépôt N° Z3R218B

kit graphique bas large clair du site www.cash-system.ws


 
haut de page

ody>