Accueil


Librairie

Préambule

Présentation

Notions de géobiologie
Le taux vibratoire
Le Sous-sol
L'eau souterraine
Le Radon

Le champ magnétique terrestre

Les champs électromagnétiques

Les productions d'électricité

Le Thermosolaire
individuel

La géobiologie au quotidien

Bien placer sa maison

Quelles formes
pour la maison

Le lit à la bonne
place

Les harmonisateurs

La géobiologie
dans l'art sacré

Diverses études

Lexique

F.A.Q.

Boutique

L'analyse

Bibliographie

Contact

Liens, Partenaires

 

kit graphique haut large clair du site www.cash-system.ws

Le Sous-sol

Rien à voir avec le parking ou les caves.

Nous sommes en pleine géologie. Le sous-sol n’est pas une masse informe, inerte et sans structure. Dans son épaisseur, la terre est formée de différentes matières :

Les basaltes, les granites, les calcaires, les roches sédimentaires, l’argile, les sédiments, etc.
Dans les zones géologiquement calmes, ces différentes matières sont posées les unes sur les autres, sans problèmes.

 

Le Basalte:

roches profondes  d’origine volcanique, obtenu par refroidissement rapide.

Il forme le socle et la plus grande partie des plaques tectoniques. Toute fois, il affleure la surface en de nombreux points :

 

Sur la photo :Au Nord-Ouest de Hov, iles Faroe

Le Granite :

Roche volcanique obtenue par refroidissement lent. Il contient souvent de l’Uranium naturel. En l’absence de failles, fissures ou accidents géologiques, les radiations de cet uranium sont prisonnières de la roche. Le granite est affleurant dans la plupart de chaînes de montagne.

 

 

    

 

 

Grès, Molasse :

 

La molasse est un sable amalgamé, elle est facile à travailler, mais friable. Minée par des cours d’eau souterrain, elle peut présenter d’énormes poches d’eau ou d’air (failles creuses, humides ou sèches).

 

 

Calcaire :

C’est une roche d’origine organique. C’est l’accumulation de coquillages compactés et fossilisés. Elle a donc une place particulière.

Il est utilisé  avec succès pour dynamiser un lieu, une maison.

 
Un sol glaiseux va « casser » l’énergie tellurique, devenant trop basse, elle va nous dévitaliser.  
   

 

Les failles.

La belle ordonnance d’un sous-sol terrestre dont les diverses couches sont bien ordonnées comme pour un mille-feuilles n’est pas une règle universelle.

Ce n’est même jamais le cas en présence de montagnes.

Une montagne se forme comment ?

Notre planète est formée de plusieurs plaques tectoniques, qui bougent les unes par rapport aux autres sur une masse semi liquide, le magma.

Si la Terre était statique, immobile et qu'il n'y ait pas d'activité volcanique, ces diverses plaques resteraient sagement tranquilles, immobiles.

Ce n’est pas le cas, puisque :
  a)
La  vitesse de rotation de la terre est de:               1'665 Km/h
  b)
  Elle se déplace autour du soleil à la vitesse de : 46'500 Km/h
  c)
  Elle est sujette à l’attraction lunaire, son satellite.
  d)  Le Volcanisme induit un mouvement des plaques tectoniques ou l'inverse, la question est posée...
Ces divers facteurs induisent des mouvements internes : le magma ne tourne pas à la même vitesse que les plaques tectoniques de la croûte terrestre. Et le noyau central à des vitesses de rotation différentes pour ses deux composants principaux.

Il y a donc des frottements et des collisions.
Les zones de frottement créent des tremblements de terre avec des décalages de la surface terrestre.

Dans les zones de collision, il y a des tremblements de terre, des volcans, des montagnes.

Ces montagnes peuvent être des volcans, elles sont aussi le résultat du choc des plaques. C’est la tôle froissée des plaques tectoniques. Les diverses couches géologiques se sont cassées, déformées et souvent décalées (voir schéma).

 Ce sont les failles. Ces failles ne sont pas limitées à la montagne, elles peuvent s’étendre bien au-delà, sur terrain plat.

Les Alpes sont le résultat du choc de la plaque africaine avec la plaque européenne. Le socle granitique s’est soulevé jusqu’à plus de 4'000 mètres d’altitude. La couche calcaire (sur la couche granitique) a été repoussée jusqu’à un obstacle, où elle s’est accumulée pour former le Jura.

Les failles sont de plusieurs ordres :
Les failles sèches
Les failles ouvertes.
Les failles humides.

Sur le plan géobiologique, une faille est une rupture brusque, nette de l’énergie tellurique. Il y a une cassure du taux vibratoire. Il est donc très malsain de dormir sur une faille. Toute fois, une faille crée une perturbation très étroite et si violente qu’elle soit, il est possible de vivre et de dormir à proximité. Ce n’est donc qu’une faible surface de la maison qui est affectée.

Il n’y a pas de risque d’utiliser cette surface comme lieu de passage ou de rangement. Il ne faut pas y stationner longtemps, à plus forte raison y dormir. Ne pas y manger non plus à cause de la qualité de la digestion.

Une faille géologique crée une telle tension qu’en dormant dessus on s’expose à des problèmes de santé.
 

 Le travail de l’Homme.

Le sous-sol est aussi perturbé par le travail de l’homme.

Outre les travaux d’envergure que représentent les traversées urbaines en tunnels, avec tous leurs lots de perturbateurs:

La pollution, les masses métalliques (armatures du béton, canalisations, véhicules), les champs électromagnétiques de l’infrastructure technique, les trous en eux-mêmes.

Il y a aussi le chamboulement de structure du  sol autour des constructions. Le terrassement de la maison est remblayé par des matériaux autres que ceux qui étaient en place, et souvent, le trou sers de dépotoir aux déchets de chantier (surtout depuis l’introduction des taxes de recyclage).

Les galeries de mines, qui sont des catastrophes à retardement.
Déstabilisation du sol par effondrement des galeries.
Accumulation de gaz dangereux grisou, radon.

Copyright France.com  dépôt N° Z3R218B

 


 
Haut de page