Accueil


Librairie

Préambule

Présentation
Le Feng-Shui
La géobiologie

Notions de géobiologie

Le champ magnétique terrestre

Les champs électromagnétiques

Les productions d'électricité

Le Thermosolaire
individuel

La géobiologie au quotidien

Bien placer sa maison

Quelles formes
pour la maison

Le lit à la bonne
place

Les harmonisateurs

La géobiologie
dans l'art sacré

Diverses études

Lexique

F.A.Q.

Boutique

L'analyse

Bibliographie

Contact

Liens, Partenaires

 

kit graphique haut large clair du site www.cash-system.ws

 

La géobiologie

Elle est née de la redécouverte de traditions millénaires, auxquelles ont été intégrés les problèmes du confort moderne.

C’est un savoir qui s’est transmis de façon ininterrompue depuis le Néolithique, jusqu’à l’Inquisition.

Durant le Néolithique, et l’âge du bronze (env. -5000 à -1000 av.JC.
Les Celtes (ou les pré-celtes, c’est selon les interprétations) connaissaient très bien les réseaux
telluriques et savaient les utiliser.

Ils savaient aussi détecter les failles géologiques et les cours d’eau souterrains. Les menhirs qu’ils disposaient sont comme des aiguilles d’acupuncture. Ils sont toujours au croisement d’une faille et d’une veine d’eau.
Soit, le menhir concentre une perturbation en un point précis et il l’épingle comme un papillon, soit il « évacue » la perturbation dans une direction sans importance. Toute fois, il reste encore de nombreux mystères sur le
positionnement de ces pierres levées.


Relevés effectués par M. Matthey de Montmollin Suisse.

Les assemblages de menhirs avaient (certainement) d'autres fonctions.
A Carnac, il  reste debout près de 3'000 menhirs alignés, au garde-à-vous, comme des soldats. Il est peu probable de trouver eau et faille sous leurs fondations. A quoi pouvait donc servir ce qui fut un travail gigantesque? Combien y avait-il de menhirs avant que Prosper Mérimée fasse acheter ces terrains par l'Etat (1830)? Nous n'en savons rien.
La culture celtique se transmettait oralement et dans tous les territoires envahis par les Romains. Ils ont récupéré et dénaturé les cultures existantes au point qu'il n'est plus possible de trier avec certitude de qui est celte de ce qui est romains. Et pour les menhirs, Jules César ne savait rien, les Druides ont disparus, les compositions de menhirs ne sont plus que des énigmes. Pour l'Irlande, c'est un peu différent, Jules n'y a pas mis les sandales et les cultes celtiques sont restés vivants jusqu'à l'arrivée de saint Patrick vers 430. Il y a eu des écrits et une partie des rites celtiques a pu être reconstitué.
Pour Carnac, ce n'est pas le cas, c'est la Bretagne et ce n'était pas le petit village gaulois qui résistait.....

La composition de menhirs de Stonehenge reste dans les suppositions quant à son usage originel:
Lieu de culte:                          certainement.
Calendrier astronomique:       probablement, en fonction de certains alignements avec le soleil aux solstices.
Un lieu de soins                      C'est une théorie, en partie liée à la présence de sépultures. Personnellement, je ne
                                               choisirais pas les jardins de l'hôpital pour le cimetière, la pub serait douteuse...
Sépulture                                il y a eu des inhumations, était-ce hors ou en relation avec les activités religieuses?
Stonehenge, c'est certainement un peu de tout çà, tout de même.

Toutes les compositions de menhirs sont des énigmes.
Une toute simple pour clore:
 

Les Égyptiens savaient aussi utiliser le réseau tellurique, soit pour axer les pyramides, soit pour le
supprimer dans les temples.
Les faces des pyramides de Gizeh sont parfaitement orientées N-S-E-O, alors que la boussole a été
inventée environ 3'000 ans plus tard !

 

Les Bâtisseurs de cathédrales, Les Francs-Maçons* anciens

maîtrisaient le réseau tellurique, connaissaient les cours d’eau souterrains et les failles.
Et ils utilisaient le Nombre d’Or* (1,618).
Toutes les dimensions anciennes (pouce, main, pied, coudée) étaient en rapport avec ce Nombre d’Or.

Lorsque nous avons la chance de les avoir encore intacts, les églises anciennes sont des générateurs d’énergie.
Encore faudrait-il retrouver les anciens rites et les utiliser correctement.

Pour prendre rapidement le cas de la cathédrale de Chartres, il y a deux centres d’énergie principaux.
Dans le rituel ancien, le prêtre était toujours placé devant le maître-autel, donc, à Chartres, le premier centre
d’énergie est devant le Maître-autel. C’est un endroit, très ciblé, où il y a une très forte et très haute vibration.
Ainsi, le geste de bénédiction avait alors de l’importance, puisque le prêtre transmettait l’énergie qu’il recevait à l’assemblée des fidèles. C’était donc plus d’avoir reçu cette énergie que l’absolution des péchers qui les dynamisait.
Pour mieux surveiller ses ouailles, l’Eglise s’est mise à suspendre des chaires contre un pilier de la nef. Les églises ont, ainsi, perdu leur fonction première: Que le fidèle ressorte de l’église apaisé et rechargé.

Un deuxième centre d’énergie de chartres est le labyrinthe. C’est à lui seul une véritable pile énergétique, avec
ses plus et ses moins.
Toutes les utilisations possibles de ce labyrinthe se sont perdues depuis l’Inquisition, mais il figure, entre autres, le pèlerinage en terre sainte, avec le Golgotha et le Paradis.
Selon certaines chroniques anciennes, il y avait des rites secrets nocturnes effectués par des religieux initiés.
C’est aussi perdu.

plan  du labyrinthe de Chartres

Blanche Merz avait étudié l’état vibratoire de la cathédrale de Chartres, voir son livre :
« Hauts-Lieux cosmo-telluriques » Edition Georg à Genève, ISBN 2-8257-0395-8.      
           

Dans les pages consacrées à l’art sacré, une visite de cette cathédrale vous est proposée. 

Dans une obsession du pouvoir temporel, des religieux ont détruit un savoir ésotérique, vieux de
7'000 ans, parce qu’il leur avait été refusé. Les « bâtisseurs de cathédrales » n’ont pas voulu qu’il
soit fait mauvais usage de leur savoir.
Dans ce massacre il n’y a eu que quelques rescapés: Les sourciers et les radiesthésistes. Ils sont le
lien entre le 16e et le 21e siècle. Mais ils n’ont pas pu maintenir tout le savoir de l’époque.

La géobiologie est l’expression moderne de ce qu’on a redécouvert de ce savoir.
C’est le Dr Hartmann qui a (dans les années 30) mis en forme la technique, après avoir mis en évidence
le réseau tellurique qui porte son nom. Le terme de géobiologie date de cette époque.
Depuis, la géobiologie n’a cessé d’évoluer. Elle intègre ce qui se redécouvre de ce savoir ancien et
elle intègre aussi les technologies modernes.
 

Actuellement, il y a deux écoles de géobiologie.
Les géobiologues* :
C’est une école plutôt francophone.
Elle  est plus proche du Feng-shui, dans ce sens qu’elle utilise l’imagerie symbolique et les ondes
de formes pour compenser ou dévier l’effet des perturbations.

Les géobiologistes* :
C’est une école du nord de l’Europe (pays scandinaves, Allemagne, Suisse, ..,)
Elle cherche avant tout à éliminer une perturbation, ne recourant à une compensation que dans
l’impossibilité d’annuler la perturbation et seulement si elle est déviée en zone neutre, sans habitation.

Copyright France.com  dépôt N° Z3R218B  

kit graphique bas large clair du site www.cash-system.ws


 
Haut de page