Avant propos

Un géobiologiste* mène une analyse avec tout ce qu’il est. Il est donc important de savoir qui il est, quelle est sa formation et ses intérêts commerciaux.

J’ai une formation technique de concepteur et réalisateur d’engins de levage électromécaniques et hydrauliques.
Rien ne me prédisposait à devenir géobiologiste, et pourtant, c’est en côtoyant quotidiennement les champs électromagnétiques et les radiofréquences* que j’ai pu me rendre compte de leur nocivité. C’est en manipulant des hydrocarbures que j’ai pu constater que leur seule présence dans une maison est une nocivité importante. C’est en fabriquant les châssis métalliques des engins que j’ai compris la polarisation des poutres en acier et les perturbations conséquentes dans une maison.
C’est parce que j’ai une formation technique que j’ai compris les problèmes liés à la multiplicité des fréquences subies et les harmoniques* que ces mélanges engendrent. Cette « troisième note » que le musicien n’a pas jouée, mais qui est créée par la différence de vibration des deux premières.

J’ai suivi la formation de 4 ans de l’Institut de Recherches en Géobiologie de Lausanne, en Suisse, fondé à Chardonne par Blanche Merz.

Je ne vends aucun matériel ni gadget miracle, par contre, je conseille et propose des choix de solutions. Si un problème impose une modification technique, je peux en discuter avec votre maître d’état.

Ce site présente la géobiologie à travers mes connaissances et mes travaux.

AVERTISSEMENT

Je ne suis pas partisan du « politiquement correct » : faire de la géobiologie « impose » de fait de faire de l’écologie. Et tant que les industriels n’auront pas compris qu’il est aussi possible de faire de l’argent en construisant des équipements écologiques, il ne sera pas possible de cautionner des choix dommageables pour la planète et pour ses habitants.

Au risque de choquer, je ne vais pas débiter des propos lénifiants. Lorsque pour « faire de l’argent », ou pour protéger des copains, des gens sont capables de désinformer, de bloquer des informations, voir de mentir délibérément, je suis fâché et je le dis. Les patrons de la téléphonie qui n’ont pas une antenne-relais sur leur toit ou les patrons du nucléaire qui ne puisent pas leur eau dans la nappe phréatique du Tricastin n’ont aucune légitimité pour prétendre que leur industrie est inoffensive. Il serait malhonnête de ma part de constater une pollution par une antenne de téléphonie mobile sans expliquer les méthodes condamnables (et quelques fois condamnées) des opérateurs. Comme il serait malhonnête de ne pas dénoncer leurs protecteurs politiques.

Je conçois que des gens puissent être dérangés par cette prise de position. De toute façon, dans une analyse, il faut bien aborder le problème en face pour palier à ces pollutions dangereuses. Et je laisse la langue de bois aux spécialistes de la désinformation.

Dans la géobiologie, il n’y a heureusement pas que l’inhumanité de certaines technologies modernes. Il y a de beaux voyages à faire dans les énergies cosmo-telluriques et l’écologie. Et lorsque l’on a la chance de pouvoir ressentir, dans les églises, les énergies manipulées par les bâtisseurs de cathédrales, au delà du religieux, on se trouve embarqué dans une mystique fabuleuse.

 

Avant propos